Attention, nouveauté en maths chez Nathan pour cette rentrée :  la version adaptée « dyscool » du fichier « Vivre les maths » (disponible pour les CE1, les CE2 et les élèves d’ULIS) ! Je connaissais déjà assez bien la collection de livres adaptés qui est très bien fichue, mais côté manuels/fichiers c’est une découverte. Réjoui de cette initiative et curieux de voir le résultat, je n’ai pas résisté à l’idée de tester la version CE1.

Comme son nom l’indique, le fichier est utilisable en complément de la méthode « vivre les maths » ordinaire, mais aussi de manière autonome. Le niveau n’est pas mentionné sur les fiches et une couverture sans indication de niveau est disponible au téléchargement, ce qui offre la possibilité de travailler sereinement avec des élèves plus grands.

Bon, il faut quand même avouer que le suspense n’a pas été trop long. En lisant le nom de l’autrice (Isabelle Delahaut aka dysemoizazoo), je n’avais déjà plus aucun doute sur la qualité de l’ouvrage ! Tout a été pensé et même si certains choix peuvent être discutés, ils sont (bien) argumentés.

Les (gros) +

→ Les adaptations sont très bien pensées :

  • Le format est vraiment top. Les fiches sont « taille enfant » (17 x 22 cm) et le fait qu’elles soient détachables et pliables offre plein d’avantages. Il est très facile par exemple d’isoler l’exercice à faire en pliant la feuille. L’élève se repère mieux et il n’est ni « parasité » par d’autres éléments ni découragé par la quantité de travail. Et puis travailler à plat est beaucoup plus confortable pour écrire ou tracer !
  • Le texte a été adapté : police adaptée (Andika), taille des caractères augmentée, texte non justifié, phrases courtes et sans doute interlettrage augmenté.
  • Le fond est coloré (beige) pour moins fatiguer les yeux.
  • Les illustrations sont claires et « nettoyées » des détails inutiles.
  • Les couleurs sont utilisées soit pour aider à la compréhension, soit pour le repérage dans l’espace de la feuille (cadre pour répondre par exemple).
  • Un gros travail a été fait pour limiter la quantité d’écrits et de lecture. L’idée est de minimiser l’énergie dépensée sur la consigne et l’organisation pour gagner en disponibilité pour la tâche.
    1. Les consignes sont courtes, claires et parfois augmentées de petits pictogrammes
    . Les mots importants sont surlignés et les groupes de sens restent solidaires.
    2. Les doubles tâches ont été exterminées, bravo !
    3. Les réponses à donner sont très courtes (un mot, un nombre…), souvent sous la forme d’un texte à trou. On va à l’essentiel.

→ La charge de travail a été allégée (suppression d’un exercice sur cinq environ par rapport à la méthode ordinaire) mais toutes les compétences sont travaillées. L’éditeur met d’ailleurs à disposition un document comparatif entre le parcours ordinaire et le parcours adapté.

Enfin du concret, et du solide ! Ce fichier est un outil pratique, pragmatique et facile à utiliser qui s’appuie à la fois sur la théorie et la recherche mais aussi sur l’expérience du terrain ! Ainsi, il se démarque  clairement des livres qui proposent des conseils pour adapter.
En complément, on trouve des exemples d’adaptations faciles à mettre en place pour accompagner et consolider l’aide apportée par le fichier. Enfin, un petit topo offre un éclairage clair et rapide sur les « dys » et les troubles associés (qui pourra être complété ensuite par des lectures plus théoriques).

Si vous avez déjà la méthode en classe, ce qui est très bien pensé, c’est que la progression du fichier adapté est la même que celle de la méthode « Vivre les maths » ordinaire. Les élèves travaillent les mêmes compétences au même moment mais ceux qui en ont besoin disposent d’un travail adapté. C’est vraiment profitable pour les élèves à besoins spécifiques car ils sont moins isolés que lorsqu’ils ont un travail décroché. Ils partagent ainsi la culture commune de la classe et peuvent échanger avec leurs camarades sur le « comment ils font », ce qui favorise le transfert et les progrès. C’est un joli pas vers l’école inclusive, bravo !
Finalement, c’est moins mieux de préparation pour un meilleur résultat. L’enseignant peut s’affranchir un peu du « quoi faire » est être plus disponible pour le « comment faire ».

Le fichier propose une lettre à transmettre aux parents pour faire le lien (téléchargeable). J’aime bien cette idée qu’un manuel/fichier aide à tisser les liens avec les parents car c’est un levier important (et parfois un peu délaissé) pour la réussite du dispositif d’aide.

 -?- Une interrogation -?-

Dans le fichier, il existe un code couleur pour les unités, dizaines, centaines, sans doute pour mieux se repérer dans les nombres. Même si, dans ma pratique, je vois bien que les couleurs aident à automatiser tout un tas de chose en numération, elles peuvent aussi parfois altérer la compréhension du système de position pour les élèves les plus fragiles.
Par exemple, lorsque l’élève doit passer du matériel (3 barres roses et 2 cubes bleus) au nombre écrit (32), il risque de s’appuyer davantage sur la couleur que sur la quantité ou sur la compréhension de la position. Du coup, si on lui propose ensuite 3 barres bleues et 2 cubes roses, il pourrait écrire 23, passant ainsi à côté du lien nombre/quantité représentée.
De mon côté, je n’utilise donc plus les couleurs en numération et j’ai changé tout mon matériel Lubienska en remplaçant les cubes/barres colorés par du matériel en bois brut non coloré (la question de la correspondance poids/quantité y est aussi pour quelque chose, mais je m’égare !). Bref, c’est une piste de réflexion, n’hésitez pas à donner votre avis.

Le (petit) –

Les fiches détachables sont recto-verso. Même si on comprend ce choix (économie de papier, écologie, meilleure organisation de l’espace de travail de l’élève…), cela peut ne pas toujours être l’idéal.
Par exemple les plis du recto peuvent parfois gêner un peu la visibilité du verso. Bon ok, j’ai regardé tout le fichier et c’est assez rare comme configuration si on fait les exercices dans l’ordre. Et puis la bonne qualité du papier vient gommer tout cela en assurant un rendu de qualité. Il fallait bien essayer de trouver un petit défaut, mais franchement ça ne fait pas le poids contre le confort qu’apporte le format du fichier.

 

Si l’idée vous plaît et que vous voulez voir par vous-même ce que cela donne,
Nathan met en ligne un extrait du fichier.
Si vous voulez essayer, vous trouverez les fichiers
directement chez l’éditeur : fichier CE1, fichier CE2
ou via les liens partenaires*

(Visited 991 times, 260 visits today)