Le livre

Titre : L’histoire du lion qui ne savait pas écrire
Auteur : Martin Baltscheit, illustré par Marc Boutavant
Éditeur : p’titGlénat

Droits d’auteur

La mise à disposition des tapuscrits adaptés a pour but de permettre aux élèves en difficulté avec la lecture d’accéder plus facilement aux titres de littérature jeunesse mais surtout pas de court-circuiter la rémunération des auteurs (un grand merci d’ailleurs aux maisons d’édition qui me laissent la possibilité de partager les textes adaptés) ! Sans auteurs pas de livres, sans livres, pas de plaisir mais sans argent, pas d’auteurs !

Pour respecter le droit d’auteur,
vous devez donc disposer du livre.

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez l’acheter directement via les liens partenaires* ci-dessous.
Et comme notre lion est souvent très apprécié des élèves, vous pouvez prolonger leur plaisir avec : L’histoire du lion qui ne savait pas compter.

Tapuscrits adaptés

Afin de tenter de s’adapter au mieux aux difficultés des élèves (et à leur évolution) le tapuscrit adapté est disponible en quatre versions différentes (n’hésitez pas à faire des essais et à choisir avec les élèves concernés).
→ Tapuscrit GCSYLM : Graphèmes Complexes soulignés / SYllabes colorées / Lettres Muettes grisées + dialogues aménagés
→ Tapuscrit SYLM : SYllabes colorées / Lettres Muettes grisées + dialogues aménagés
→ Tapuscrit LM+ : Lettres Muettes grisées + dialogues aménagés
→ Tapuscrit LM : Lettres Muettes grisées
Ce tapuscrit est complémentaire aux autres documents de la classe (illustrations notamment) mais il ne doit pas s’y substituer.

Télécharger le tapuscrit GCSYLM Télécharger le tapuscrit SYLM
Télécharger le tapuscrit LM+Télécharger le tapuscrit LM

Les principes de l’exception handicap au droit d’auteur (loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016)
Toute personne atteinte d’une ou de plusieurs déficiences des fonctions motrices, physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques peut se voir communiquer une version adaptée d’une œuvre, dès lors que l’auteur ou les ayants-droit ne mettent pas cette œuvre à disposition du public sous une forme qui correspond à ses besoins. Cette définition permet notamment de prendre en compte les besoins des publics « dys », c’est-à-dire porteurs de troubles cognitifs et troubles des apprentissages tels que la dyslexie, la dysphasie, la dyscalculie et la dyspraxie.

Tapuscrit « adapté » ? C’est quoi ?

Ces tapuscrits adaptés sont une sorte de lecture différenciée, en fonction des difficultés des élèves. Ils doivent permettre aux élèves en difficulté avec la lecture, aux jeunes lecteurs ou encore aux enfants dyslexiques de passer moins de temps sur le déchiffrage du texte et ainsi d’être plus disponibles pour comprendre ce qu’ils lisent. L’adaptation proposée est un mélange entre la méthode d’imprégnation syllabique (modifiée) et les recommandations pour aider les lecteurs dyslexiques.

Les graphèmes complexes sont soulignés (en appui sur la liste de la boîte à outils pour l’apprentissage du code en lecture / écriture de chez RETZ).
→ Les mots sont découpés en syllabes grâce à une alternance de rouge et de bleu. Les mots composés d’une seule syllabe restent en noir. En accord avec les orthophonistes qui utilisent aussi ce codage, nous avons choisi de segmenter les mots en syllabes orales pour aider à la reformulation des mots. Un mot correctement reformulé sera plus facilement associé à son sens et facilitera ainsi la compréhension globale du texte. Si l’utilisation des syllabes écrites aide beaucoup au déchiffrage de chaque syllabe, elle semble nuire à la reformulation. Comme l’objectif principal est la compréhension (et non un atelier d’apprentissage de la lecture) nous avons collectivement choisi les syllabes orales.
Lorsqu’une lettre appartient à deux syllabes, elle est signalée en violet : voyage. Le « y » ayant la valeur de deux « i », il est associé au « o » pour faire « oi » mais aussi au « a » pour faire « ia ».
Le code peut parfois être légèrement adapté afin de faciliter le plus possible la lecture. La langue française étant ce qu’elle est, il y a donc parfois quelques « arrangements ». Si vous découvrez des erreurs de codage, faites-le savoir ! La version corrigée du tapuscrit servira beaucoup aux autres collègues.
→ Les lettres muettes sont indiquées en gris clair, elles ne se prononcent pas. Le principal souci reste le traitement des liaisons… pas de solution miracle pour l’instant, n’hésitez pas à soumettre vos idées !
→ La taille de la police de caractères a été augmentée.
→ La police de caractères utilisée a été conçue pour les enfants dyslexiques : elle s’appelle OpenDyslexic. Elle fatigue moins les enfants lors de la lecture (elle est sans empattement) et évite les confusions visuelles entre les lettres qui se ressemblent.
→ L’interlignage et l’interlettrage ont été augmentés pour gagner en clarté.
→ Le document n’est pas justifié pour éviter de créer une masse de texte trop homogène.
Les dialogues ont été aménagés afin de mieux identifier le personnage qui parle (lignes colorées dans la marge).

Pour en savoir plus sur les aides aux lecteurs en difficulté, consultez le dossier spécial.

↓ Et pour choisir un autre texte adapté, c’est par là ↓

(Visited 11 772 times, 688 visits today)