Grâce au gros travail de maisons d’édition pionnières, le livre adapté s’installe petit à petit dans les rayons des librairies et des bibliothèques. Pourtant il peine à entrer dans les classes. Il faut dire que même si l’offre s’enrichit, la plupart des grands classiques de la littérature jeunesse manquent toujours à l’appel.
Je trouve ça triste, non, nul en fait ! Tout le monde devrait pouvoir lire les classiques de la littérature jeunesse. On ne peut pas priver les lecteurs fragiles et/ou « dys » de rencontrer Zéralda ou le Gruffalo, de siroter un bon livre avec le buveur d’encre, d’aller consoler le loup qui a peur de tout, d’enquêter avec John Chatterton ou encore de visiter le magnifique chapeau du prince de Motordu. Non, on ne peut pas !
Depuis quelques années, Nathan a décidé d’agir pour que tous les lecteurs puissent rencontrer leurs héros : c’est la collection dyscool. C’est un vrai virage dans la politique des éditeurs d’où l’envie de l’encourager en vous en parlant.

C’est un petit pas pour l’édition, mais un grand pas vers l’accessibilité.
N. Armstrong (je crois 😉 )

Dyscool c’est donc une collection de livres adaptés choisis parmi les succès de l’éditeur. On y retrouve des célébrités des salles de classe comme « Le buveur d’encre » ou « Terriblement vert » !
Cette année, j’ai enrichi ma bibliothèque « dys » de certains titres de la collection et je les ai proposés à la lecture à mes élèves dyslexiques : l’expérience est vraiment positive ! Attention cependant, on ne parle pas de travailler le code mais bien de permettre au lecteur, grâce aux aides à la lecture, de moins se mobiliser pour déchiffrer et donc d’être plus disponible pour accéder au sens/profiter de l’histoire.

Les (gros) +

→ Les titres disponibles sont des classiques de la littérature jeunesse et ça c’est nouveau !
→ Les adaptations sont nombreuses et plutôt bien pensées (certaines seront d’ailleurs utiles pour tous vos élèves), au menu notamment :

  • Une mise en page adaptée : police adaptée, interlignage et interlettrage augmentés, texte non justifié.
  • Un texte adapté : certaines phrases ont été réécrites (+ courtes + simples, chronologiques et sans incise) et certains mots ou expressions ont été remplacés ou expliqués.
  • Des mots difficiles codés avec une alternance de couleurs (bleu et rouge), cela permet de segmenter visuellement les syllabes et de fluidifier la lecture pour permettre un accès au sens plus rapide.
  • Des dialogues aménagés avec un système de couleurs, pour mieux identifier le personnage qui parle.
  • Un découpage du texte et une pagination repensés : 1 page = 1 unité de sens dans l’histoire, pas de découpe des mots.
  • Un joli papier écru (pour moins fatiguer les yeux).

→ Le livre est un bel objet, la qualité du papier rend notamment la lecture très agréable.

Les (petits) –

Parce qu’on peut toujours s’améliorer, je trouve qu’il y a trop peu de mots colorés et que les lettres muettes mériteraient d’être grisées dans tout le livre. Dans ma pratique, c’est une aide à la lecture assez efficace.

L’autre – ne vaut que pour une utilisation en classe entière. À ce moment-là le souci principal des livres adaptés dyscool c’est que le texte n’est pas le texte original. Impossible donc de suivre en parallèle le livre original et le livre adapté. Mais comme ce serait vraiment trop dommage de ne pas se lancer dans l’utilisation des livres adaptés pour cette raison, voilà 2 solutions au problème :
1. « Il suivra le texte normal (ben en fait non, il ne suivra pas), tant pis pour lui ! ».
1. S’offrir une série complète de livres adaptés parce que les livres adaptés, ce sont des livres pour tout le monde.
2. Découvrir la version numérique adaptée dyscool.

Les titres déjà disponibles (6/11 ans)

LA solution idéale pour la classe

C’est ça la nouveauté qui va nous changer la vie dans les classes : les versions numériques adaptées. Le principe est simple, vous achetez le livre numérique sur le site de l’éditeur et vous téléchargez l’application gratuite Biblio Manuels (compatible PC, Mac, iOS et Android). Une fois le titre acheté, vous recevez des codes à copier dans l’appli et HOP, vous avez le livre sur votre ordinateur/tablette/téléphone.

En résumé, les versions numériques c’est :
Le texte original ! Si vous avez déjà une série de livres en classe, tout le monde peut suivre en même temps.
Des aides à la lectures plutôt bien pensées, multiples et cumulables. On peut vraiment aller dans le détail pour répondre aux difficultés des élèves.
Une interface très facile d’utilisation, les élèves n’auront aucun mal à se l’approprier.

Des aides à la lecture multiples dans une interface plutôt intuitive

Pour améliorer le confort des enfants dyslexiques et des lecteurs fragiles, l’accès à la lecture a été complètement repensé. Le texte est traité en parallèle des images et une gamme d’aides à la lecture permet de l’adapter au mieux aux difficultés des enfants. Au menu :

Ces aides sont cumulables et modifiables à n’importe quel moment de la lecture grâce à la palette outil qui s’active et qui se désactive au toucher. L’idée est de tâtonner un peu pour trouver le meilleur combo d’aides et de laisser ensuite l’enfant lire. Attention, les aides ont pour but de soulager le lecteur et de le rendre plus disponible pour comprendre ce qu’il lit, pas de travailler spécifiquement le décodage.

Voilà ce que ça peut donner :

Si les photos ont attisé votre curiosité et que vous voulez en savoir plus, Nathan et Mobidys ont mis en ligne une version d’essai avec le texte du « Buveur d’encre ».

Achat, installation de l’application et téléchargement des titres

L’idée vous plaît ? Lancez-vous !
1. Achetez le livre sur le site de Nathan ou via les images ci-dessous (titres disponibles au 1/10/2019).

2. Téléchargez l’appli Biblio Manuel (compatible Mac/PC, iOS / Android + une version en ligne), lancez-la et faites ce qui est indiqué dans le mail de confirmation.
3.  Commencez à utiliser le livre numérique (et faites un petit retour sur expérience !)

(Visited 1 010 times, 1 010 visits today)